QUI GENERE L'MMIGRATION ET LE TERRORISME ?

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Quand l'Occident perd la mémoire...

QUI GENERE L'IMMIGRATION ET LE TERRORISME ?

par Adriana Evangelizt

Les deux fléaux contre lesquels nos gouvernements ont décidé de lutter avec acharnement et sans répit sont l’Immigration et le Terrorisme. Il est clair et net que l’un comme l’autre sont les créations de ceux-là même qui nous gouvernent.

L’article "L’attrait naturel des richesses" de Ahmed Zaki, en dit long sur la mentalité occidentale dont la courte mémoire n’est pas le moindre des défauts. Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet, oui beaucoup. La Gaule, par exemple, jusqu’en l’An 1000 de notre ère était incapable de construire quoi que ce soit qui ressemblat à un édifice représentatif de sa culture. Une horde de barbares venant de diverses contrées de l’Est ou du Nord, livrés à eux-mêmes et s’entretuant entre eux. Il a fallu que les premiers croisés partent en Orient pour y découvrir tant les chiffres arabes que les raffinements d’une civilisation qui ne leur avaient même pas effleuré l’esprit tellement ils étaient incultes et ignorants des autres peuples beaucoup plus évolués qu’eux de par le monde.

Les premières cathédrales dignes de ce nom ne purent être construites que grâce à l’apport de l’architecture orientale. Mais dès le départ, au lieu de respecter l’autre dans son propre pays, les seigneurs de guerre occidentaux pratiquèrent le pillage et s’emparèrent, sans états d’âme, de ce qui ne leur appartenait pas, massacrant les peuples civilisateurs et les forçant à adopter des croyances qui n’étaient pas les leurs. Les pays Arabes et d’Afrique portent à jamais les stigmates de ce brigandage colonisateur. Prendre, toujours prendre et ne rien donner en échange si ce n’est le malheur, les drames et les larmes.

Mille ans ont passé mais rien n’a changé. Les populations exsangues tant africaines que du Maghreb ne connaissent que famine et misère tandis que leurs gouvernants corrompus par les élites occidentales remplissent bien leur panse et leurs coffres en se foutant pas mal de la misère du Peuple. Et les Peuples affamés rêvent... ils rêvent de cet eldorado de France et d’ailleurs où les gens sont sensés pouvoir manger à leur faim. Ils n’ignorent pas non plus que si l’Occident est riche aujourd’hui c’est parce qu’il les a pillés, eux hier, en les laissant démunis de tout mais surtout de l’essentiel. Car le boire et le manger ne sont-ils pas les deux premières nécessités auxquelles l’Être humain ne peut se soustraire sans y laisser la vie ?

Alors quoi de plus normal que de vouloir chercher ailleurs ce que l’on n’a plus chez soi parce que des impudents sans conscience et sans coeur vous ont tout volé ? Pourquoi ne pas se dire après tout "J’ai bien le droit moi aussi d’essayer de vivre comme ceux qui n’ont pas eu honte de s’enrichir sur notre dos ?" mais l’oubli est une denrée récurrente chez les élites qui nous dirigent. Pour remercier les populations spolliées, on leur contruit des barrières, des frontières, des murs électrifiés ou bardées de sentinelles armées pour les empêcher d’échapper à leur fatal destin tracé par ceux-là mêmes qui continuent de les traiter en quantités négligeables. Voilà le monde où nous vivons... en se repaissant de lois où il est écrit "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit", nos dictateurs de conscience nous abreuvent de mots dont ils ont oublié le sens profond, s’ils ne l’ont jamais su d’ailleurs. D’autant qu’aux alentours de 1789, ces beaux principes furent aussi véhiculés outre-atlantique et que ce sont nos frères indiens qui firent les frais de cette belle rhétorique...

A l’aube du troisième millénaire, les teneurs de rênes de notre planète nous ont inventé deux fléaux terribles : l’Immigration et le Terrorisme. Mais leur courte vue, leurs calculs mesquins et leur inextinguible soif de Pouvoir leur font oublier qu’ils sont eux-mêmes les créateurs de ces calamités. Il est un proverbe bien français qui dit : "Ventre affamé n’a point d’oreille"... Pouvons-nous penser que les gens bien nourris aient envie de quitter leur pays ? Lorsque l’on accule les gens à la misère, n’est-il pas légitime qu’ils aillent chercher ailleurs ce qu’ils n’ont pas chez eux ? Nos dirigeants manqueraient-ils d’intelligence au point de ne pas comprendre que la misère est génératrice d’un lot incalculables de soit-disants méfaits ? C’est sans compter les guerres perpétrées dans certaines contrées sous de fallacieux prétextes mais dont le but principal est encore et toujours la spolliation et la colonisation. Qui ne rêve pas de s’évader de sa contrée lorsqu’elle est envahie par des armées étrangères ? Quelles solutions ont les irakiens ou les palestiniens, par exemple ? Nous n’en voyons que trois : la soumission, l’évasion ou la rébellion. Or l’évasion se traduit par l’immigration et la rébellion par "le terrorisme". L’une étant sévèrement réprimée et l’autre impitoyablement condamnée.

Nous nous trouvons-là dans une situation anachronique où les opprimés se trouvent criminalisés parce qu’ils défendent leurs droits les plus élémentaires. Ils seraient peut-être grand temps d’ouvrir les yeux sur ce que sont en train d’instaurer les individus régnant sur notre monde. En aucun cas, le vrai criminel ne peut être le Peuple qui demande simplement à manger à sa faim ou celui qui cherche à se débarrasser d’un occupant vampire.

Adriana Evangelizt

L'attrait naturel des richesses

par Ahmed ZAKI

Se trompent lourdement tous ceux qui croient pouvoir juguler les flux migratoires vers l¹Europe par la simple installation d¹artifices de dissuasion aux frontières. Ni clôtures, ni murs, ni tranchées aussi sophistiqués soient-ils ne pourront venir à bout de la tendance naturelle de l¹être humain à aller à la recherche d¹une vie meilleure et des richesses, là où elles se trouvent. Cela est si vrai qu¹à travers toute l¹Histoire de l¹humanité, les frontières n¹ont jamais constitué une barrière infranchissable, mais plutôt un lieu d¹échanges et de passage des hommes et des biens.


Et c¹est en vertu du phénomène bien connu de l¹osmose qui tend à créer une situation d¹équilibre entre deux solutions séparées par une membrane que l¹être humain migre vers les contrées, même lointaines, pour prendre sa part des richesses accumulées ailleurs, dès lors qu¹il ne peut en disposer chez lui. C¹est à ce titre que les pays d¹Europe avaient envahi l¹Amérique, puis l¹Asie et l¹Afrique durant les siècles passés, à ceci près que ces opérations ont été menées par les Etats eux-mêmes et visaient à s¹accaparer des richesses naturelles des pays en usant au besoin de violence, voire de massacres comme ce fut le cas à l¹encontre des Indiens d¹Amérique et des populations d¹Afrique noire.


Tant que le déséquilibre flagrant persiste entre le Nord et le Sud et que les puissances occidentales qui dominent l¹économie mondiale, en vertu de mécanismes qui visent à appauvrir les pays du Sud pour enrichir davantage ceux du Nord, il faut s¹attendre à ce que l¹immigration du Sud vers le Nord s¹intensifie en s¹adaptant à toutes les entraves qui peuvent être mises sur son chemin. Ce phénomène de migration n¹est d¹ailleurs pas uniquement trans-national, mais existe bel et bien au sein de tous les pays du monde, les populations se déplaçant des régions pauvres vers les régions riches, sans que quiconque y trouve à redire. Voilà pourquoi il importe que notre pays, qui a toujours été un carrefour de peuplement, un creuset de brassage de civilisations et un lieu de passage nord-sud et est-ouest joue un rôle essentiel dans la prise de conscience par ses voisins et ses partenaires d¹Europe et d¹Afrique de la nécessité d¹agir en profondeur dans le traitement de la question migratoire.


Et d¹abord en évitant de culpabiliser les migrants qui ne sont ni des criminels, ni des voleurs, mais de les prendre pour ce qu¹ils sont : des êtres humains en détresse, à la recherche d¹une vie digne, qui méritent respect et soutien pour leur permettre de se sortir de griffes des réseaux de trafiquants d¹immigration clandestine qui s¹enrichissent à leurs dépens. Or, c¹est contre ces réseaux là que doit s¹attaquer la répression pour les empêcher de s¹enrichir sur le dos des candidats à l¹émigration clandestine, sachant que leurs «chefs» ont, le plus souvent, pignon sur rue et ne sont pas inquiétés par les services de police et de la gendarmerie dès lors qu¹ils sont prêts à corrompre les agents véreux qui pullulent.


Toujours est-il que la solution réelle à la question de l¹immigration clandestine passe par la réduction des disparités entre le Nord et le Sud à travers une politique de co-développement permettant aux pays anciennement colonisés de s¹insérer dans l¹économie mondiale, dans le cadre d¹échanges équilibrés et avantageux pour les uns et les autres.


Force est de constater, malheureusement, que tel n¹est pas encore l¹état d¹esprit qui prédomine dans le monde occidental où l¹on continue à pratiquer, d¹une manière détournée et douce, l¹exploitation coloniale.

Sources : AL BAYANE

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans INJUSTICES FLAGRANTES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

impérator 16/10/2005 21:47

Ce que tu dis est bien vrai mais il ne faut pas perdre de vue que nos richesses sont fragiles et nous ne sommes pas à l'abri d'une catastrophe naturelle majeure. Il suffit de voir ce qui c'est passé avec Katrina à la Nouvelle Orléan dans la soi-disant 1ere puissance mondiale.