Belgrade appelle à la libération de l'Europe

Publié le par Adriana Evangelizt

Belgrade appelle à la libération de l'Europe !

par Stefano Vernole

Samedi 25 mars 2006, septième anniversaire des terribles bombardements terroristes par lesquels, durant 78 jours, l'Alliance Atlantique mit à feu et à sang l'ex-République Fédérale Yougoslave, sans épargner aucune structure civile (écoles, hôpitaux, ponts, moyens de transport), s'est déroulé à Belgrade le premier Congrès du SEDEP, le « Mouvement Néo-Gaulliste Serbe pour l'Europe ».

Durant plus de dix heures, la rencontre a abordé deux thèmes fondamentaux : les conditions de la diaspora serbe en Eurasie – en prêtant une attention particulière aux problèmes des réfugiés chassés du Kosovo et de Metohija, suite à l'entrée des troupes internationales en 1999 – et le renforcement de l’axe géopolitique Paris-Berlin-Moscou, grâce à la naissance d'un mouvement international contre l'OTAN qui a pris naissance à Belgrade.

 

Après des chants populaires interprétés par des musiciens en costume traditionnel serbe et la présentation du Dr. Dragan Petrovic, c’est tout naturellement que la première intervention fut celle de Mila Aleckovic Nikolic, fondatrice du SEDEP, laquelle a exposé ses motivations et la finalité de son initiative.

Près de quarante intervenants serbes se sont succédés à la tribune pour aborder sous des angles divers les problèmes économiques, financiers et militaires qui se posent dans le cadre des rapports entre la Serbie et l'Europe. Ils ont insisté sur la nécessité d'une stratégie géopolitique commune qui permettra au Vieux Continent de se libérer de l’étau que constitue la mondialisation capitaliste et l'Alliance Atlantique, son instrument, dont la première intervention remonte à 1950 et qui a trouvé aujourd'hui son véritable « terrain d'expérimentation » dans les Balkans, d'abord en Bosnie et ensuite au Kosovo et à Metohija.

 

Les interventions concernant la difficile situation de ce qui est considéré comme le « berceau » de la nation serbe ont présenté deux nouveaux moyens d’information : un DVD concernant les destructions des monastères orthodoxes du Kosmet et les violences subies par les communautés non-albanaises de la région (mais aussi par des Albanais ne collaborant pas avec l’UCK), de même qu’un nouveau livre illustré consacré aux enfants victimes de ces persécutions.

 

Parmi les intervenants, il faut signaler en particulier la présence du Dr. Branko Dragas, du général Bozidar Delic (qui commandait la Brigade mécanisée 549 du Corps de Prizren en 1999), du Pr. Vojislav Devic, celle de la spécialiste de géopolitique serbe de Macédoine, experte pour les questions russes, Sasha Papovic, et celle de nombreux autres intervenants issus du monde intellectuel, économique, académique et politique. En qualité d'observateurs étaient également présents des délégués du Parti Radical serbe SRS et du Parti Socialiste SPS, ainsi que l’attaché culturel de l'ambassade du Belarus, lequel a reçu les félicitations de l’ensemble des participants pour la réélection triomphale du Président Aleksandr Lukashenko, unique chef d'État à se rendre dans la capitale serbe durant les bombardements de 1999.

 

Sont intervenus également les Drs. Filippo Pederzini et Stefano Vernole, tous deux italiens et représentants de la « Coordination pour le projet eurasien », lesquels ont exprimé leur totale adhésion au mouvement international contre l'OTAN et souligné, lors de leurs interventions, la perspective d'un monde multipolaire, contrepoids à l'arrogance impérialiste de Washington, dont la résistance serbe à l’agression atlantiste a fourni un exemple aux autres mouvements de résistance, notamment en Afghanistan, en Irak et en Palestine. Ils ont affirmé leur soutien total à l'actuelle opposition patriotique contre le gouvernement pro-occidental en place aujourd’hui à Belgrade.

Fut également très remarquée la communication de Luc Michel, fondateur et président du Parti Communautaire National-Européen, qui a souligné l'impératif de soutenir non seulement l’axe Paris-Berlin-Moscou, mais aussi l’autre axe, Belgrade-Minsk-Moscou, de même que celle de Yves Bataille, conseiller du SEDEP et défenseur historique du peuple serbe lors des actions terroristes perpétrées par les Etats-Unis et leurs alliés.

 

Ce Congrès constitue un événement d’une portée considérable, qui a marqué de manière irréversible la ligne de partage entre les partisans d’une Europe aspirant à se libérer de l'occupation atlantique et les Kollabos de la thalassocratie à la bannière étoilée, c'est-à-dire entre les défenseurs de l'Europe authentique et ceux de l'Europe « légale ».

Stefano VERNOLE

Sources :  PCN - NCP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans UNION EUROPEENNE USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article