La CGT pour un veto à la libéralisation des transports

Publié le par Adriana Evangelizt

Transports: la CGT pour un »véto» au projet européen de libéralisation

 

La CGT-Transports a demandé, jeudi, au ministre des Transports, Dominique Perben, »d'apposer son droit de véto» au projet européen visant à accentuer la libéralisation des transports et qui est examiné ces jours ci à Luxembourg.

Six fédérations de transports (CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa, Sud et CGT) et cinq syndicats de la SNCF (CGT, Fgaac, FO) et de la RATP (FO et Indépendants) ont été reçus à leur demande jeudi au ministère des Transports.

»Ce projet, basé sur le principe d'appels d'offres concurrentiels, signifie la remise en cause des entreprises publiques comme la SNCF et la RATP et du statut de leurs personnels», affirme la CGT-cheminots dans un communiqué.

Selon elle, ce projet »fragilise totalement les salariés et les entreprises du secteur privé ayant des missions de service public dans les transports urbains et péri-urbains».

En conséquence la première fédération de cheminots demande à M. Perben »d'apposer (son) droit de véto au nom du gouvernement français, en fonction de l'état actuel du contenu du texte».

Les représentants de ces fédérations avaient déjà été reçus, début mai, par Yves Gazzo, chef de la représentation en France de la Commission européenne.

Cette dernière a présenté en juillet 2005 une proposition législative visant à accentuer l'ouverture à la concurrence des transports publics intra-urbains en 2010 et à sécuriser leur financement.

Le texte qui était discuté ce jeudi et vendredi par les ministres européens des Transports à Luxembourg, prévoit d'offrir une plus grande liberté aux collectivités dans l'organisation des transports publics, en leur permettant d'avoir recours à des appels d'offres.

Sources : Tageblatt

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article